Grand : la Mystérieuse Cité Gallo-Romaine au Coeur des Vosges

Les Mystères de la Renarde

Il existe dans les Vosges une commune appelée Grand, qui suscite l’intérêt aussi bien des archéologues que des passionnés d’histoire depuis des dizaines d’années.

Suivez moi à travers ce site étonnant, où nos ancêtres ont vraisemblablement vénéré Apollon, et où ils ont construit des merveilles qui sont parvenues jusqu’à nous ! 

 Un peu d’histoire

A l’Ouest du département des Vosges se dresse sur un plateau calcaire un village pour le moins surprenant, qui est loin d’avoir livré tous ses secrets…

Grand est autant énigmatique que fascinante, car dans ce lieu se trouvant loin des voies Romaines principales, mais surtout à distance des rivières, les archéologues ont retrouvé une agglomération antique d’une taille impressionnante – plus de 50 hectares à son apogée. Ce qui amène à penser que le site était une ville majeure à l’époque Gallo-Romaine.

Si on ajoute à ça les nombreux objets précieux retrouvés là – une collection d’environ 1500 fragments -, ces sculptures et autres vestiges nous suggèrent que le Dieu Apollon Grannus était vénéré à Grand. Notamment la présence de Griffons et des lettres “APO”.

Pourtant, aussi bizarre que cela puisse paraître, nous ne connaissons toujours pas avec certitude son nom antique – même si elle est identifiée sur la Table de Peutinger sous le nom d’Andésina – cette citée semble avoir été oubliée.

Si l’origine et la fonction de ce site sont encore mystérieux pour les archéologues, le travail qu’ils accomplissent pour sortir de terre les secrets enfouis de Grand depuis les années 1960 est colossal !

La Mosaïque

Ce site archéologique d’exception dispose de la plus grande Mosaïque d’un seul tenant jamais découverte en Europe ! Conservée in situ, un vaste bâtiment – respectant les plans de l’architecte antique vitruve –  à été construit autour pour la préserver.

C’est le conservateur du Musée départemental des Vosges, Félix Voulot, qui l’a découverte en 1883. A l’origine, elle pavait le sol d’un bâtiment que l’on appelle la Basilique – édifice qui devait dater du premier siècle après Jésus Christ. La Mosaïque quant à elle date de la seconde moitié du deuxième siècle après JC.

Les 232 mètres carrés de cette oeuvre magistrale sont composés de nombreux tesselles – petits cubes de calcaire et de pâte de verre.

Mosaïque de Grand

On peut y voir des motifs d’une qualité exceptionnelle, avec un tapis central orné de dessins géométriques, mais aussi des bandeaux aux représentations de rinceaux d’un finesse incroyable ! L’abside est pour sa part ornée de demi-écailles noires et blanches, comme celles visibles dans les Thermes de Caracalla à Rome. Parmi toutes ces merveilles, ce qui attire sans doute le plus le regard est l’emblema où l’on peut voir les reste d’une représentation figurative, très certainement une scène de théâtre – probablement tirée de la pièce de Ménandre “Phasma”.

Sans oublier les quatre animaux qui semblent de poursuivre aux 4 coins de l’emblema ! Un ours, un sanglier – animaux vivant dans la région dans l’antiquité -, un tigre et une panthère – beaucoup moins couleur locale ! Ils peuvent symboliser à la fois le calendrier des saisons, mais aussi la chasse ou le combat.

Ours

Ce qui laisse à penser que le bâtiment d’origine devait servir de Schola pour discuter de l’organisation des jeux, ou à une association d’acteurs, plutôt qu’un édifice où l’on rendait la justice comme on a longtemps pensé à Grand.

L’Amphithéâtre

Au XVIIIème siècle, le premier à parler de la présence de vestiges d’un amphithéâtre à Grand est Dom Augustin Calmet. Pourtant il faudra attendre les années 1820 pour que les premières fouilles archéologiques soient menées dans le monument.

Et c’est seulement à partir de 1963 que des travaux ont débuté pour dégager le colossal amphithéâtre ! 50 000 mètres cube de terre seront retirés en tout jusqu’en 1981, un chantier titanesque !

Amphithéâtre de Grand

Aujourd’hui ses gradins sont recouverts de bois afin de protéger la maçonnerie antique, ils nous donnent une bonne idée de ce qu’était l’amphithéâtre à l’époque.

Il trône en dehors des remparts de l’agglomération, savamment réalisé en suivant le relief naturel des pentes d’un vallons vosgien.

Avec sa capacité d’environ 17 000 places, il était l’un des plus importants monuments de spectacles de l’empire Romain. Il faut dire qu’il atteint jusqu’à 148 mètres dans sa partie la plus large, et devait mesurer plus ou moins 25 mètres de hauteur.

Dans cette arène des gladiateurs se sont affrontés dans des combats pour divertir le peuple, mais pas seulement, des animaux sauvages ont également combattu là. Les spectateurs ont eu aussi l’occasion d’y voir des scènes de chasse…. Des artistes ont donné des représentations dans cette enceinte.

Amphithéâtre de Grand

Ce qui pousse encore une fois les archéologues à s’interroger sur la raison de la présence de ce monumental édifice dans cette citée, pourquoi ce privilège lui a été accordé ? Quelle était l’importance de cette ville à l’époque Gallo-Romaine ?

Ce monument est bouleversant, et ce n’est sans doute pas un hasard si de nos jours encore certaines personnes se pressent pour ressentir l’énergie toujours présente dans l’arène…

Eau Guérisseuse et Rituel

L’eau circule dans des galeries souterraines naturelles sous la ville de Grand, et c’est visiblement grâce à ça que les Gaulois auraient reconnu la présence du dieu Apollon Grannus à cet emplacement.

Les galeries ont donc été aménagées par les Gallo-Romains, ainsi que des puits – plus de 350 – mais aussi des citernes et des cheminées d’accès.

On pense que Grand était un lieu de culte, consacré à Apollon, et que l’eau de la citée était guérisseuse !

Grand - Vosges

Les gens se rendaient à Grand dans le but d’obtenir les faveurs du Dieu, lui faisant des offrandes afin de guérir de leurs maux – on pense que les miracles étaient surtout accomplis pour les yeux et les jambes de malades.

Un rite était alors effectué pour entrer sous la protection de la divinité. C’était un rite d’endormissement. Les malades dormaient sous un portique, et c’est durant leur sommeil qu’Apollon Grannus leur apparaissait en rêve, leur indiquant comment guérir. Il aurait était aussi capable de guérir directement certaines personnes.

Le Temple d’Apollon ?

Quand on voit ce qui à été retrouvé à Grand, entre la mosaïque et l’amphithéâtre, mais également toutes les autres découvertes, on peut se demander si il n’existait pas un temple consacré à Apollon !

Des éléments pourtant viennent prouver que cette hypothèse serait envisageable, les indices vont des statues aux fragments retrouvé, tout ceci laisse penser qu’un sanctuaire se trouve là, quelque part, sous la ville actuelle. Des recherches sont d’ailleurs toujours en cours, et je vous invite à suivre de près cette aventure passionnante menée par des professionnels passionnés.

Se pourrait-il que Grand soit le lieu où se trouvait “Le plus Beau Temple du Monde” selon l’Empereur Constantin ? Et si c’était vrai ?

Les Tablettes Zodiacales

Parmi les découvertes faites à Grand se trouvent des tablettes astrologiques en ivoire. Retrouvées au fond d’un puits, elles étaient brisées en 188 petits morceaux. Tristement détruites de manière intentionnelles, rassembler les fragments à été un véritable puzzle.

Sur ces deux diptyques on peut admirer une représentation de l’univers, avec au centre le Soleil et la Lune, entourés par les 12 signes du zodiaque, des lettres Grecques et du Copte, mais aussi des Divinités Egyptiennes. Aux 4 angles des créatures ailées représentent les Vents.

Merci au site de Grand de me permettre de vous montrer cette image

Ces tablettes étaient utilisées pour l’horoscope ou connaître son destin, et l’astrologie médicale – obtenir des conseils pour se protéger des maladies mais aussi pour guérir -, mais on pense qu’elles étaient aussi liées à la pratique de la magie.

Sainte-Libaire

Aujourd’hui fermée au public parce qu’elle s’affaisse, l’église du village – datant du XIIème siècle – serait construite sur la source d’eau découverte à l’antiquité. Ce serait la raison pour laquelle l’édifice se serait dégradé.

Elle porte le nom de Sainte-Libaire, dont la légende est liée à la citée de Grand. Libaire était une bergère, qui a croisé le chemin de Julien l’Apostat. Cet Empereur à la sombre réputation refusait la religion chrétienne. Ce qui n’était pas le cas de Libaire, qui était très pieuse.

Il tenta de la convaincre de renoncer à sa foi en renouant avec les anciens Dieux, en particulier avec Apollon. Il lui aurait offert une statue en or du Dieu, que la jeune femme aurait brisé au sol…

L’Empereur, furieux, décida de la punir, la condamnant à mort par décapitation !

Après que le bourreau n’ait tranché la tête de la pauvre Libaire, la légende raconte qu’elle aurait pris sa tête dans ses bras, qu’elle aurait marché quelques mètres pour aller laver sa tête dans l’eau – la christianisant ainsi ! – avant de mourir à ce qui est aujourd’hui l’emplacement de l’église.

Eglise Sainte-Libaire - Grand

Autre curiosité, Sainte-Libaire à été priée à Grand pour guérir les jambes… Tout comme Apollon. Etonnant non…

Se rendre à Grand

Grand est un joyau et l’on ne peut se rendre vraiment compte de ce qu’il représente qu’en se rendant sur place. Je n’avais moi-même pas idée de la réaction que j’allais avoir face à ces merveilles… Déjà la Mosaïque, mais alors l’amphithéâtre ! Je peux bien vous le dire, j’étais subjuguée…

Il est très facile de venir à Grand, qui est proche de Neufchâteau, et à une heure de route de Nancy seulement ! J’ai apprécié également le fait qu’on puisse se garer facilement, ce qui est un immense plus.

Afin de vous renseigner au mieux pour votre visite, ou vos réservations, vous pouvez contacter le site archéologique de Grand directement au 03.29.06.77.37

Vous avez également la possibilité de prendre contact avec l’Office de Tourisme de l’Ouest des Vosges, ils se feront un plaisir de répondre à vos questions et de planifier votre visite avec vous.

Je tiens à remercier l’Office de Tourisme de Neufchâteau, en particulier Morgane et Nicolas, pour leur enthousiasme par rapport à mon projet de vidéo, et pour m’avoir accompagnée dans ma visite ! N’hésitez pas à passer à l’office, ce sont des gens adorables. Je remercie aussi du fond du coeur Sylvie et Laurence du site de Grand, qui ont été très accueillantes, grâces à elles j’ai eu l’occasion de tourner ces images incroyables et d’en apprendre plus sur les histoires de la citée. Sans oublier le Conseil Départemental des Vosges qui m’a donné son accord pour publier mes images et vidéos prisent sur place, ainsi que ce dossier qui vous aura (je l’espère) donné envie de visiter ce lieu exceptionnel.

Retrouvez la Renarde en Vidéo grâce à l’épisode sur Grand !

A ceux qui voudraient découvrir d’autres destinations n’oubliez pas de consulter la page Mappemonde de la Renarde où vous trouverez la liste à jour de mes articles classés par pays. Retrouvez Les Mystères de la Renarde sur les réseaux sociaux afin de ne manquer aucune publication : FacebookYoutubeInstagramTwitter

Si vous le souhaitez vous pouvez me soutenir grâce à uTip et Tipeee !

Et si vous ne le pouvez pas, n’oubliez pas que chaque partage des liens de mon travail, chaque like et chaque commentaire, sont une aide immense pour faire connaître mon projet, alors merci à tous !

Cet article n’est en collaboration avec personne, les propos et avis n’engagent que moi 🙂 Les images et textes ne sont pas libres de droits, ce sont mes clichés et le fruit de mes recherches et connaissances personnelles.

Grand - Vosges