Lunéville : le Château des Lumières et sa malédiction

Au coeur de la Lorraine se trouve un joyau : le château de Lunéville. Il a eu son heure de gloire, attiré les plus grands, malheureusement il a aussi connu le pire en subissant de nombreux incendies… Les murs du château des Lumières renferment-ils une bien sombre malédiction ? Je vous propose de découvrir le plus grand château du XVIIIème siècle de l’Est de la France. 

 Un peu d’histoire

Situé a Lunéville en Meurthe-et-Moselle, ce chef d’oeuvre d’architecture que l’on doit à Germain Boffrand (élève de Jules Hardouin-Mansart, architecte du château de Versailles), à été construit pour le Duc Léopold Ier entre 1701 et 1723. Surnommé le “petit Versailles Lorrain”, son style classique émerveille. Possession des Ducs de Lorraine, le château de Lunéville sera tour à tour la demeure de Léopold Ier, François III, la régente Elisabeth-Charlotte d’Orléans et finalement du célèbre Stanislas Leszczynski.

Il dispose d’un somptueux jardin à la française appelé le parc des bosquets, qui s’étend sur plusieurs centaines de mètres sur lesquels on retrouve des parterres géométriques et de grandes fontaines.

2

Le XIIIème siècle est connu pour être celui du mouvement philosophique des Lumières, auquel le château de Lunéville doit son appellation de “Château des Lumières”. Voltaire y a lui-même séjourné en compagnie de sa maîtresse Emilie du Châtelet (femme brillante et passionnée qui avait réussi à se faire une place dans un univers d’hommes ; tristement morte en couches à Lunéville), il trouvait à la cours de Stanislas un refuge pour fuir Paris et devint même amis avec ce dernier. D’autres grands noms ont effectué un passage au château, comme Montesquieu. Ce qui marqua l’âge d’or de Lunéville et en a fait un centre de culture.

3

Chef d’oeuvre d’architecture appartenant de nos jours au conseil départemental de Lorraine, il est classé aux monuments historiques.

 Les incendies

Le château de Lunéville n’est pas seulement célèbre grâce à son histoire et sa beauté, malheureusement son nom est également associé aux terribles incendies qui y ont eu lieux à de nombreuses reprises. Le Versaille Lorrain à brûlé 13 fois depuis le 3 janvier 1719 à 5h du matin, date où le premier incendie s’était déclaré dans les appartements du duc Léopold. Ce sinistre marqua le début d’une série noire pour le château, qui prit à nouveau feu en 1739, 1759, 1789, 1849 ou encore en 1961, entre autres. Jusqu’au dernier dans la nuit du 2 au 3 janvier 2003, le plus catastrophique, celui qui a ravagé les deux tiers des appartements et réduit les collections en cendres, causant des pertes inestimables. Visiblement parti d’un court-circuit dans la chapelle, 120 pompiers ont été mobilisés pour le maîtriser, mais leur tâche était des plus ardues à cause du vent qui ne cessait d’attiser les flammes.

7

Mais pourquoi ce chef d’oeuvre voit-il si souvent son destin lié au feu ? Et pourquoi ces tragiques événements ont-ils lieux le plus souvent au tout début du mois de janvier ? Simple coïncidence ? On parle de château maudit, peut-être hanté par un esprit pyromane… Ou encore d’un pacte de Stanislas…

 Stanislas et son nain Nicolas Ferry

Stanislas Leszczynski, roi déchu de Pologne, voit le jour le 20 octobre 1677 dans une ville de l’Ukraine actuelle. C’est une vie d’exil et de voyages qui ont conduit ses pas à Lunéville où il devint le dernier duc de Lorraine en 1737. Son destin va croiser celui d’un nain du nom de Nicolas Ferry, né le 11 novembre 1741 à Champenay (qui était à l’époque en Principauté de Salm). Fasciné par Nicolas, Stanislas va le garder auprès de lui alors qu’il n’est encore qu’un petit garçon de 5 ans. Il le surnomme affectueusement “bébé”, ce qui serait à l’origine de l’utilisation de ce mot dans la langue française, on dit même qu’il aurait inspiré le jeu du “Nain jaune” qui autrefois s’appelait “le jeu du nain bébé”.

4

Bébé était le bouffon mais aussi le confident de Stanislas, ce dernier le couvrait de cadeaux comme de magnifiques vêtements, lui avait fait fabriquer un carrosse à sa taille qui était tiré par des chèvres, et était même allé jusqu’à lui offrir une petite maison faite spécialement pour lui ! Farceur, paresseux, gourmand, jaloux, le nain de Stanislas avait un caractère bien affirmé, mais à partir de l’âge de 18 ans il avait commencé à perdre son côté enjoué, pour devenir grincheux et colérique. On dit même que très jaloux du nain Joujou – venu au château en compagnie d’une cousine de Stanislas – bébé aurait tenté de le pousser dans la cheminée !

Nicolas Ferry est décédé le 9 juin 1764.  Stanislas Leszczynski n’allait pas tarder à le rejoindre, suite à un incident lors duquel sa robe de chambre avait pris feu, c’est le 23 février 1766 le duc succombait à ses blessures…

5

La légende raconte que quelques années avant leurs décès, Stanislas et Nicolas auraient conclu un pacte alors que bébé était âgé de 20 ans. Stanislas devait trouver une épouse à Nicolas qui était alors en constante demande d’attention et ne supportait plus que le duc se détourne de lui. Celui qui ne respecterait pas le pacte serait alors malheureux toute sa vie et périrait par les flammes. Suite à ça Stanislas avait présenté une naine des Vosges du nom de Thérèse de Sauvay à Nicolas, mais ce dernier était malade ce qui lui avait donné l’apparence d’un vieillard. Le mariage n’eut jamais lieu, et le pacte n’était donc pas respecté à la mort de bébé. Certains racontent que le fantôme de Nicolas Ferry serait à l’origine du feu qui causa le décès de Stanislas, que son fantôme hanterait toujours le château, provoquant les incendies pour venger sa solitude…

6

Le château de Lunéville avait déjà subi des incendies des années avant le pacte, ce qui pourrait amener à penser que la série noire n’a rien à voir avec ces deux protagonistes. Mais l’histoire du lieu n’aurait-elle pas justement inspirée Nicolas Ferry pour assouvir sa vengeance ? Rien ne permet d’affirmer avec certitude que les incendies soient dus à un esprit qui ne trouve pas le repos, une mémoire des lieux, de simples accidents, le sort qui s’acharne, ou encore d’autre chose… Mais c’est grâce à des travaux titanesques que le château des Lumières renaît de ses cendres tel un phénix, bravo et merci à ces passionnés !

 Se rendre au château de Lunéville

Alors que quelques pièces sont toujours en rénovation actuellement, le château est en grande partie ouvert à la visite. Son jour de fermeture hebdomadaire est le mardi, mais je vous conseille de consulter les horaires  et tarifs sur leur site officiel. Sa visite est libre et se fait avec un audio-guide remis à l’entrée. Pour ce qui est des visites guidées, elles sont à réserver à l’avance et il faut prendre contact avec l’office du tourisme Lunévillois qui se trouve à deux pas du château. L’accès au parc des bosquets est quand à lui gratuit, idéal pour une belle balade ! Le château propose également toute l’année différentes expositions, concerts, manifestations, conférences… N’hésitez pas à jeter un oeil à l’agenda, vous trouverez sans doute quelque chose qui vous plaira tant les thèmes sont variés !

Le château de Lunéville est un trésor du patrimoine qu’il faut préserver. Quoi de mieux pour contribuer à le faire vivre que le visiter ou participer à un des ses événements ? C’est un incontournable de la Lorraine à côté duquel vous ne devez pas passer sans vous arrêter !

8

A ceux qui voudraient découvrir d’autres destinations n’oubliez pas de consulter la page Mappemonde de la Renarde où vous trouverez la liste à jour de mes articles classés par pays.

Retrouvez Les Mystères de la Renarde sur les réseaux sociaux afin de ne manquer aucune publication : FacebookYoutubeInstagramTwitter

Cet article n’est en collaboration avec personne, les propos et avis n’engagent que moi 🙂 Les images et textes ne sont pas libres de droits, ce sont mes clichés et le fruit de mes recherches et connaissances personnelles.