Le Major Weir : Sorcier d’Édimbourg

L’Écosse, ce pays que j’aime tant, qui est une source intarissable d’histoires mystérieuses de contes et légendes… C’est dans sa capitale même, qu’une fois encore, on peut découvrir une histoire étonnante tirée d’un passé pas si lointain !

Je vous propose de m’accompagner une fois encore au pays des cornemuses et du Haggis, sur les traces de l’auto proclamé sorcier : le Major Weir.

 Un peu d’histoire

Évidemment si vous faites partie des fidèles lecteurs des Mystères de la Renarde vous avez déjà entendu parler de l’Ecosse et d’Edimbourg, plus particulièrement du cimetière de Greyfriars et des voûtes, mais aussi du célèbre Loch Ness !  Avec cet article je vous invite à découvrir une part sombre de l’histoire, durant la chasse aux sorcières qui a coûté la vie à plus d’innocents que de coupables.

A cette époque où chacun pouvait être accusé de sorcellerie par n’importe qui, et où il était quasiment impossible d’échapper vivant de ce genre de procès, un homme au dessus de tout soupçon s’est volontairement auto-dénoncé… Le Major Thomas Weir, ancien soldat, qui vivait dans une maison non loin de Grassmarket à Edimbourg.

Cet homme a laissé tous ceux qui le connaissait sans voix lorsqu’il a fièrement confessé être un sorcier, à cette époque il était un Presbytérien respecté par les autres membres, estimé dans son quartier de West Bow où il louait une maison avec sa soeur Grizel. Fervent anti-Catholique et anti-Royaliste, toujours vêtu de noir et décrit comme “sombre” ou encore “lugubre”, partout où il allait il avait un bâton noir, pourtant personne n’aurait imaginé qu’il utilisait la magie… Allant même jusqu’à recevoir d’autres Presbytériens chez lui pour prier, il était une inspiration pour beaucoup.

C’est pendant un office religieux qu’il s’est spontanément levé pour s’accuser lui-même d’être au service du Diable en personne ! A ce moment là personne n’était en mesure de le croire, certains ont tenté de le résonner mais il continuait inlassablement à confesser ses pêchés… Des médecins ont été appelé et l’ont aussitôt déclaré fou. C’est ainsi que Thomas Weir se retrouva emprisonné dans le Tolbooth (qui existe encore aujourd’hui et dont voici une photo) pendant qu’une enquête pour prouver ou non ses dire fut ouverte.

Major Weir

 Une confession sans précédent

Thomas Weir clamait haut et fort qu’il était un sorcier et qu’il devait donc être puni comme tel. Il confessa par exemple que son bâton noir lui avait été donné par Satan lui-même, que ses pouvoirs lui venaient de sa mère qui était une sorcière également, et surtout il impliqua sa soeur Grizel dans toutes ses histoires l’accusant d’être une sorcière elle aussi ! Mais ce n’est pas tout, en plus de la sorcellerie, de la nécromancie, et d’actes extrêmement barbares, sa soeur et lui auraient eu une relation incestueuse (amis fans de Game Of Thrones je sais à quoi vous pensez), et étaient en mesure de communiquer régulièrement avec les défunts ! Rien que ça…
Grizel Weir confirma les dire de son frère, et c’est sans surprise que les deux furent condamnés à mort après un procès en sorcellerie !

C’est en 1670 que le Major Thomas Weir à été étranglé puis brûlé, Grizel quant à elle fut pendue. Leurs exécutions respectives ont mis un temps incroyablement long d’après des témoins.

Major Weir

 L’histoire ne s’arrête pas là

Durant des décennies les habitants d’Edimbourg évitaient l’ancienne demeure des Weir comme la peste… Beaucoup prétendaient qu’elle était encore hantée par le frère et la soeur, mais aussi par leurs victimes ! Qu’un fiacre fantôme s’arrêtait parfois devant la porte, comme à l’époque où ils vivaient là, et qu’on pouvait apercevoir des lueurs de bougies et des silhouettes par les fenêtres de la bâtisse abandonnée ! Il arrivait aussi que certains passants puissent entendre de la musique venant du bâtiment… De quoi alimenter les superstitions.
En 1780 un ancien soldat et son épouse finirent par acheter la maison, pour s’en échapper dès la première nuit après avoir vu apparaître la forme d’un veau au pied de leur lit…
Sir Walter Scott mentionna en 1830 dans “Letters on Demonology and Witchcraft” qu’il était certain que parmi toutes les histoires de sorcellerie et nécromancie sur édimbourg et sa région celle du major Weir était celle qui avait laissé la plus grande impression sur le public !

Major Weir

La population pensait que la maison avait été détruite avec une série d’autres buildings, mais en 2014 un historien de l’Université de Cardiff, le Dr Jan Bondeson, à révélé que le bâtiment existait toujours ! Les chercheurs ont conclu que l’ancienne habitation des Weir était à présent intégrée dans une autre bâtisse dans la vieille ville, c’est aujourd’hui la propriété du Quaker Meeting House ! Et le plus drôle dans tout ça est que l’emplacement exacte correspond à leurs toilettes…

 En savoir plus

Si vous souhaitez en apprendre plus sur Thomas Weir, sa soeur, et les autres affaires de sorcellerie de la capitale d’Ecosse, je ne peux que vous recommander de réserver une place sur un tour de mon ami Frank ! Je vous ai déjà parlé de lui dans un précédent article. Là où d’autres tours ne feront que survoler ce personnage, lui se fera un plaisir de vous donner beaucoup de détails.

Retrouvez la Renarde en vidéo grâce à l’épisode du Major Weir !

Je souhaite adresser un grand merci aux propriétaires de la boutique The Wyrd Shop qui m’ont inspiré cet article ! Si vous passez par Edimbourg n’hésitez pas à leur rendre visite, ils vendent de véritables petites merveilles et sont toujours d’excellent conseil ! Pour ceux qui ne vont pas en écosse, sachez qu’ils vendent et expédient leur marchandise dans le monde entier !

A ceux qui voudraient découvrir d’autres destinations n’oubliez pas de consulter la page Mappemonde de la Renarde où vous trouverez la liste à jour de mes articles classés par pays.

Retrouvez Les Mystères de la Renarde sur les réseaux sociaux afin de ne manquer aucune publication : FacebookYoutubeInstagramTwitter

Cet article n’est en collaboration avec personne, les propos et avis n’engagent que moi 🙂 Les images et textes ne sont pas libres de droits, ce sont mes clichés et le fruit de mes recherches et connaissances personnelles.